Itinéraires joailliers

30 août 2023

Les bijoux Art nouveau du Schmuckmuseum Pforzheim : une collection dans la collection

Le Schmuckmuseum Pforzheim possède 10 000 bijoux. Il en expose 2 000 retraçant l’histoire du bijou de façon chronologique. Je me suis intéressée à la section très riche consacrée à l’Art nouveau. Véritable collection dans la collection, elle présente les différentes versions européennes de ce courant stylistique.

Par Sandrine Merle.

 

 

Il faut remonter à l’origine de la collection du Schmuckmuseum Pforzheim pour comprendre la très grande richesse de cette section dédiée à l’Art nouveau, courant stylistique qui souhaite se débarrasser du fatras pompeux et historicisant du XIXe siècle. Il est très bref, il dure à peine 10 ans de 1895 à 1905. Paris en est alors l’épicentre. « Deux institutions de Pforzheim (L’École grand-ducale des Arts décoratifs et la société des Beaux-Arts et des Arts décoratifs) achètent de nombreux modèles français pour la collection initiée quelques années plus tôt. Collection servant à stimuler les apprentis orfèvres et les créateurs de la ville, alors centre de l’industrie allemande du bijou réalisé en série et commercialisé dans toute l’Europe », explique Cornelie Holzach directrice du Schmuckmuseum Pforzheim.

 

Art nouveau, l’excellence française

Tous les grands de l’Art nouveau français sont là. À tout seigneur, tout honneur : on commence avec René Lalique, précurseur et maître incontesté. Ses bijoux sont la quintessence de ce style : lignes sinueuses, motifs inspirés de la nature souvent inquiétante, influence du Japon, figures féminines hybridées avec des insectes, matériaux « banals », etc. La broche « Chrysanthème » en est une parfaite illustration comme celle formée par deux têtes de femmes ou le diadème conçu comme un ruban de perles s’enroulant autour d’une branche ornée de feuilles et de fleurs. Juste à côté, voici l’extravagant pectoral de Georges Fouquet, représentant un poisson au corps en nacre irisée avec des nageoires et une queue en émail plique-à-jour. Voilà aussi un peigne en corne de Lucien Gaillard, des pendentif de Henri Vever, de Gautrait ou encore de Le Turc, la boucle de ceinture des frères Piel, etc.

 

Musée Lalique, dans l’uni-verre de l’artiste

 

Le Jugendstil, l’adaptation allemande

Les industriels de Pforzheim s’inspiraient des modèles français qu’ils fabriquaient en série pour le marché international. L’accusation de plagiat et de vulgarisation n’a pas tardé, de fortes tensions sont apparues avec la France. Lors de leur visite de l’exposition universelle en 1900 à Paris, ces industriels allemands étaient tellement surveillés par les agents de sécurité qu’il leur était impossible de croquer un seul modèle ! La France ne décolérait pas. En 1908, l’un des représentants majeurs de l’art nouveau français, le joaillier Henri Vever écrivit : « … et surtout les Allemands inondèrent le monde entier de déplorable Art Nouveau ». Au regard des bijoux allemands exposés, cette pique paraît excessive, voire injuste. Certes les joailliers allemands ne réussissent pas à égaler le génie de Lalique. La fameuse seiche de Lucas von Cranach, formée par une énorme perle baroque, qui retient dans ses tentacules d’or le papillon en émail, n’a pas la grâce française. Pour autant, ils finirent par inventer leur propre vocabulaire grâce à des dessinateurs comme Georg Kleemann. Ce dernier s’émancipa de l’influence française avec un Jugendstil géométrique aux formes végétales mélangées à des lignes droites et des angles.

 

Henri Vever, joaillier de l’Art nouveau

 

Les variations européennes de l’Art nouveau

Dans cette section, on peut également admirer des pièces achetées aux Anglais dont une magnifique boucle de ceinture de Charles Robert Ashbee. Autres pays représentés : le Danemark avec le Danois Georg Jensen qui abandonnera très vite ce style, l’Espagne avec Lluis Masriera (qui s’approprie ce style après sa visite de l’Exposition Universelle), l’Autriche-Hongrie avec Entwurf Otto Prutscher, de Oszkàr Tarján Huber. Leurs beaux bijoux créés en pleine Sécession sont d’une modernité incroyable, ils s’apparentent à des animaux tentaculaires stylisés et colorisés. Mais que tout cela ne fasse pas oublier l’avant et l’après Art nouveau présentés dans cette remarquable collection historique ainsi que les trois autres collections de bagues, de montres à gousset et de bijoux ethnographiques. Prévoyez la journée !

 

En partenariat avec L’École des Arts Joailliers dans le cadre du projet « Les Lieux du bijou »

Pour en savoir plus, lire Le Schmuckmuseum Pforzheim

 

Articles les plus lus

Place Vendôme : la collection de photos du joaillier Lorenz Bäumer

En 1995, Lorenz Bäumer s’installe place Vendôme. Dans la foulée, il débute une collection de photos, dédiée à ce lieu emblématique de la haute...

Musée Lalique, dans l’uni-verre de l’artiste

Avec 650 objets dont une soixantaine de très beaux bijoux, le musée Lalique permet de comprendre l’importance croissante de cette matière dans le...

6 raisons d'aller au musée Amrapali à Jaipur

Étonnamment, malgré la tradition millénaire du bijou en Inde, le musée Amrapali est le seul musée dans le monde à lui être complètement consacré.

Sprague, le squat dédié au bijou

Et si on allait faire un tour au DOC ? C’est dans ce squat du 19e arrondissement de Paris que s’est installée l’association Sprague dédiée au bijou.

« La Colonne Vendôme » à la loupe, aux éditions Norma

 » Quand on m’a demandé de photographier le travail des patines du bronze, j’ai eu une certitude : c’était le moment ou jamais de réaliser le...

Le Crédit Municipal, un acteur discret mais étonnamment puissant

En 2020, les ventes de bijoux et de montres anciens ou pre-owned du Crédit Municipal ont généré plus de 10,6 millions d’euros.